• Centurion

     Autres figures de sainteté 

     NANTES, Séminaire Saint-Jean, Lundi 17 septembre 2012 

    1 Co 11, 17-26 ; Ps 30(40) ; Lc 7,1-10 

    Le centurion romain et la foi en Jésus


    Il est bon de nous appuyer sur les paroles 
    du centurion romain, intercédant auprès de Jésus pour son serviteur malade… Des paroles qui font l’admiration de Jésus lui-même : « Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit… » Quelle délicatesse dans la demande, quelle humilité aussi, et quel désintéressement ! Cette prière, nous la disons à chaque messe, juste avant la communion…

    Nous pouvons retenir trois choses :

    Tout d’abord, le centurion a de la compassion pour son serviteur. En devenant notre prière personnelle, cette demande du centurion nous détourne de tout jugement de condamnation sur nous-mêmes. Elle nous invite à l’humilité, car c’est encore de l’orgueil de chercher à savoir ce que nous valons. Comme le dit saint Paul, « celui qui me juge, c’est le Seigneur. […] Ne portez pas de jugement prématuré, mais attendez la venue du Seigneur, car il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et il fera paraître les intentions secrètes. Alors, la louange qui revient à chacun lui sera donnée par Dieu. » [1]

    D’autre part, le centurion ne prie pas pour lui-même mais pour son esclave malade, afin qu’il ne meure pas et puisse continuer son service… En devenant notre prière personnelle, cette demande nous détourne de tout repli sur nous-mêmes et sur le don reçu. Comme la Vierge Marie, à chaque communion, nous accueillons en nous le Sauveur : c'est une Annonciation. Et comme elle aussi, nous sommes poussés hors de nous-mêmes pour le service de nos frères : c'est une Visitation.

    Enfin, il est bon de remarquer que le centurion n’a pas rencontré physiquement Jésus. Il a envoyé des émissaires auprès de lui… Et Jésus s’est mis en marche vers sa maison… Et quand il a appris cela, par délicatesse, le centurion lui a fait dire de ne pas aller plus loin… Les émissaires auront été les humbles médiateurs de la rencontre avec Jésus…

    Le témoignage qui nous parvient nous met devant cette merveille : la foi du centurion, l’humilité et l’obéissance des émissaires ont été si grandes qu’elles ont permis à Jésus de se rendre présent sous le toit du centurion. Et le serviteur a été guéri !…

                                                                                                Amen.


    [1] 1 Co 4,4-5