• - Dé-baptisation : possible ?

    Dé-baptistation : est-ce possible ?

    Certaines personnes demandent à être radiées purement et simplement des registres de baptême… Que peut-on penser de cette volonté de suppression ?

    Une personne baptisée qui apostasie sa foi peut revenir au Christ 20 ou 30 ans après… Et Dieu ne renie pas ses dons. C'est la raison pour laquelle l'Eglise appose une mention spécifique précisant cette sortie d'Eglise ou cette apostasie de la personne qui, un jour, a été baptisée.

    En toute hypothèse, on respecte la liberté de la personne et si elle "revient", on l'accueille. Dans ce cas, on ne la rebaptise pas, car les dons de Dieu sont sans repentance. Il est donc important pour d'avoir une trace de son baptême. 

    La réduction de la société ecclésiale à une simple communauté d'adhésion entraîne très naturellement le désir des personnes athées ou agnostiques de faire "fonctionner" les registres de l'Eglise catholique comme ceux d'une autre association dont on peut demander la radiation… C'est une position compréhensible… 

    Cependant, la tradition de l'Eglise en matière de baptême semble conforme à l'anthropologie la plus basique, à savoir que l'on ne peut pas faire qu'un événement qui a eu lieu un jour n'ait pas eu lieu…  En ce sens, le terme de dé-baptisation est tout simplement inadéquat. Apostasie ou reniement sont par contre bons et respectent la liberté des personnes.

    S'il arrivait que l'on soit condamné à supprimer toute mention, rien n'empêche de conserver la lettre de demande de radiation ou d'en attester l'existence devant témoin. Elle signifie à elle seule que la personne a été inscrite puisque justement elle demande à être radiée… On peut aussi procéder à cette radiation devant une ou deux personnes qui attestent par écrit que, tel jour à telle heure, telle ligne de tel registre a été radiée.

    L'enjeu est véritablement anthropologique et pose la question de l'histoire.