• Pentecôte

     Temps et fêtes liturgiques 

    La Pentecôte : fête des Mères de l'Eglise

    Quand les enfants se lèvent le matin et qu’ils prennent leur petit déjeuner, quand ils s’habillent et revêtent des vêtements tout propres qui sentent bon la Soupline, quand ils rentrent de l’école et qu’ils trouvent un bon goûter qui les attend, ils ne pensent pas toujours que c’est souvent Maman, qui, par derrière, a tout préparé…

    L’Esprit Saint dans l’Eglise, chers amis, est un peu comme une Maman à la maison… Elle fait beaucoup de choses, tellement de choses qu’on finirait par l’oublier, tellement c’est essentiel… Elle nous donne beaucoup d’amour, tellement d’amour qu’on finirait par l’oublier, tellement c’est essentiel…

    Ce jour de la Pentecôte, ce jour de la fête de l’Esprit Saint, c’est un peu la fête des Mères pour l’Eglise… Nous accueillons et nous reconnaissons dans notre vie le Souffle de Jésus, nous nous laissons emporter par la vitalité de l’Esprit Saint, qui est comme l’âme de l’Eglise…

    Dans le récit des Actes des Apôtres, saint Luc nous rappelle que Jésus, après sa Résurrection, est apparu à ses disciples pendant 40 jours… Puis ce fut l’Ascension… et pendant 10 jours, les disciples ont été comme orphelins. Jésus avait disparu à leur regard et sa Résurrection n’avait pas encore fait toute son œuvre en eux. 

    Ils étaient comme paralysés : il manquait le petit déclic ou plutôt : le vent de tempête, qui allait les emmener dans le monde entier, le feu d’amour qui allait les consumer intérieurement pour qu’ils portent la chaleur de l’amour de Dieu au monde entier.

    Alors est venu ce cinquantième jour après Pâques, avec le violent coup de vent et cette sorte de feu qui se partageait en langues et qui a reposé sur chacun des disciples… Chacun en a eu sa part mais tous l’ont accueilli tout entier…

    Dans sa lettre aux Galates, saint Paul nous parle de l’affrontement en nous entre les tendances égoïste de la chair et les tendances de l’Esprit. Et il donne des listes de mots impressionnants pour dire ce que produisent soit les tendances égoïstes de la chair soit les tendances de l’Esprit.

    Du côté des tendances égoïste, on peut facilement reconnaître l’une ou l’autre qui nous guette : débauche, impureté, obscénité, idolâtrie, sorcellerie, haines, querelles, jalousie, colère, envie, divisions, sectarisme, rivalités, beuveries, gloutonnerie et autres choses du même genre…

    Du côté des tendances de l’Esprit, les fruits sont magnifiques : et là aussi, si nous sommes vraiment chrétiens, nous pouvons espérer voir grandir tel ou tel fruit dans notre vie :  amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, humilité et maîtrise de soi.

    Saint Luc et saint Paul nous disent bien la même chose. Si nous nous mettons à l’école de Jésus, si nous discernons les moments où nous avons bon esprit, où nous avons envie de vivre une vie belle, noble, honnête et généreuse, si le désir en nous est fort de vaincre le péché et de partager la joie d’être chrétien… alors, il y a bien quelque chose de la Pentecôte qui est à l’œuvre en nous. Jésus lui-même est en train de nous communiquer sa propre Résurrection… Jésus lui-même souffle sur nous, comme il a soufflé sur ses disciples…

    Et je suis heureux de rencontrer parfois des jeunes et des moins jeunes qui me disent : « Est-ce que je peux être re-confirmé ? » Ils font l’expérience que l'Esprit Saint a jailli en eux… Ils ont reconnu en eux la source d’une liberté, d’une joie, d’un désir de servir qui vient de plus loin qu’eux… Cela les renvoie à leur confirmation où ils ont reçu les dons de l'Esprit Saint. Les dons, qui sont comme des petites graines semées dans notre terre. Et au début, la petite graine, on ne la voit pas. Quand elle commence à pousser des racines, parfois elle soulève la terre, en silence. Parfois même les racines des arbres soulèvent même le bitume. Car la parole de Dieu qui est semée en nous est puissante en elle-même, elle est efficace en elle-même et les dons de l'Esprit Saint, si nous en prenons soin, si nous arrosons la terre, ils vont pousser en nous…

    Oh bien sûr ! La confirmation est donnée pour toute la vie… Mais si nous avons reçu cette graine des dons de l’Esprit Saint, c’est pour qu’ils fleurissent en nous et donnent de beaux fruits… Vous connaissez peut-être ce proverbe : "Un vieux pommier ne donne pas de vieilles pommes…" Même si nous avons 99 ans 1/2, nous pouvons donner de beaux fruits tout jeunes. Même si dans notre passé il y a des choses qui nous pèsent et qui ont pu nous empêcher d'avancer, gardons l'espérance : un vieux pommier ne donne pas de vieilles pommes ! 

    La conversion est comme une renaissance.  Naissance de Dieu en chacun de nous, chaque fois que nous nous convertissons. Naissance de l’Eglise dans le monde, chaque fois qu’ensemble nous accueillons Jésus vivant et que nous avons à cœur de le proclamer  — et surtout de laisser rayonner par notre vie —, autour de nous. C’est la Pentecôte toujours nouvelle,  où chacun, dans le corps de l’Eglise, reçoit le don de manifester l’Esprit en vue du Bien de tous.