• Plan du cours sur les sacrements de l'initiation chrétienne 2011-2012

     Retour Bibliographies et Cours 

    Les sacrements de l'initiation chrétienne

    Introduction générale :

            1. Présentations mutuelles. Présentation du cours et de sa pédagogie. Travail attendu.

            2. La théologie sacramentaire en 2nd cycle : indications de la Ratio Studiorum.

            3. Nous savons déjà tant de choses… qu'il nous faut maintenant penser…

                    a. Le dialogue théologique, au service d’un triple rapport :

                         le rapport à l’expérience, le rapport à la conceptualité et le rapport à la norme.

                    b. Expérience pratique.

                    c. Sept questions entendues en paroisse.

            4. Un cours de théologie sacramentaire et non un cours de liturgie ou d'histoire des sacrements.

     

    CHAPITRE 1 : Une réflexion sacramentaire aujourd'hui : enjeux méthodologiques.

         A. Quel point de départ, pour aller où ?…

               Spécificité de notre aujourd'hui théologique pour la sacramentaire.

            1. Traiter des sacrements pour ce qu'ils sont : des pratiques de l'Eglise pérégrinante.

                    a.  Une distinction ancienne, toujours utile. 

                    b. Des pratiques diverses, selon les temps et les époques. Eviter les interprétations anachroniques.

                    c. La Tradition, les traditions et le mythe de l'originaire.

            2. Les approches de la théologie sacramentaire hier et aujourd'hui.

                    a. L'approche patristique.

                    b. L'approche scolastique.

                    c. L'approche contemporaine.

            3. Quelles entrées possibles pour la théologie sacramentaire ?

                    a. Commencer par l'enseignement actuel du magistère de l'Eglise ?

                    b. Commencer par l'anthropologie ou la sociologie ?

                    c. Commencer par la « grâce » ?

                    d. Partir du fait sacramentel lui-même : la meilleure solution.

     

         B. Christologie, pneumatologie, ecclésiologie et sacramentaire :

               Cohérence des démarches de pensée et points d'insistance.

            1. Christologie d'en-haut ou d'en-bas et sacramentaire subséquente.

            2. Rapports génétiques pneumatologie-ecclésiologie et sacramentaire subséquente.

            3. Sacrement et sacramentalité : extension et articulation théologique des deux notions.

                    a.  Sacramentalité du Christ.

                    b.  Sacramentalité de l'Eglise.

                    c.  Les sacrements de l'Eglise, qui l'expriment et la construisent.

     

         C. Symbole, rite, sacrement, liturgie :

               Articulation des quatre notions et inscription temporelle du sacrement.

            1. Symbole. 

            2. Rite : un itinéraire symbolique.

            3. Sacrement : indispensable référence à la foi.   Définition.

            4. Liturgie : un déploiement rituel dans l'espace et le temps.

                    a.  Des gestes qui parlent à qui et comment ?

                    b.  La tentation « méta ».

                    c.  La liturgie fait ce qu'elle dit, elle ne dit pas ce qu'elle fait.

     

         Annexe : Précisions de vocabulaire.

            sacramental (nom), sacramentalité (nom), sacramentaire (adj), sacramentaire (nom), septénaire (nom)

            sacramentel (adj), sacramentel (nom), licéité (nom), validité (nom), fécondité (nom), institution (nom).

            confirmand (nom), confirmant (nom).


    CHAPITRE 2 : Initiation et Initiation chrétienne : continuités et discontinuités.

    En quoi l'initiation chrétienne est-elle différente des autres initiations ?

            A lire : Une histoire circonstanciée de l'initiation chrétienne par Robert CABIE

      I.  Les origines de l'initiation chrétienne (jusqu'au milieu du 2ème siècle)

    §1. Le Nouveau Testament.

    §2. La Didachè.

    §3. Saint Justin.

      II. L'organisation du rituel de l'initiation

          jusqu'à la généralisation du baptême des enfants (du milieu du 2ème au 6ème siècle)

    §1. Les sources.

    §2. Les préparations au baptême.

    §3. Les rites du baptême.

    §4. Les rites postbaptismaux.

    §5. L'eucharistie baptismale.

    §6. L'initiation des enfants.

    III. L'évolution de l'initiation chrétienne du 6ème au 20ème  siècle

    §1. L'initiation en Occident jusqu'au XII° siècle.

    §2. L'évolution de l'initiation en Occident à partir des XII°-XIII° siècles.      

    §3. L'évolution de l'initiation en Orient.

     

         A.  L'initiation, rite de passage et d'intégration à un groupe particulier.

            1. Trois types d'initiation, selon les ethnologues :

                    a.  Initiations tribales.

                    b.  Initiations religieuses.

                    c.  Initiations magiques.

            2. Définition générale de l'initiation.

     

         B.  L'Initiation chrétienne, intégration au Christ et à l’Eglise : particularité et universalité.

            1. L’initiation chrétienne, conversion au Christ et inversion des valeurs.

                La libération des prisonniers et le baptême du geôlier (Ac 16, 22-34)

                    a.  Le désir de libération (des mains) de l’oppresseur : souffrance de l’Eglise.

                    b.  Le salut chrétien, offert à tous : patience de l’Eglise.

                    c.  La revanche de  Dieu : conversion chrétienne et conformation au Christ, joie de l’Eglise.

            2. Jésus-Christ, singulier et universel. 

            3. Jésus-Christ, initiateur (archègon) de la foi, la mène à son accomplissement (téléiôtèn)

            4. L'Eglise de Jésus-Christ, particulière et universelle.

              

         C. Paradoxes et difficultés actuelles d'une initiation chrétienne.

            1. Une société fascinée par l'initiatique mais qui refuse le temps de l'initiation.

            2. Eléments sur l'histoire de la notion d'initiation chrétienne.

            3. Les portes ouvertes et la discipline de l'arcane : difficultés propres à notre époque.

                    a.  Une herméneutique nécessaire du rituel des premiers siècles.

                    b.  « Ils viennent demander le baptême et on leur propose l'Eglise ».

                    c.  L'intégration dans la communauté, signe et moyen pour revêtir le Christ.

            4. Une réelle rupture à opérer.

     

         D.  Evangéliser et « sacramentaliser » : la foi aux prises avec la culture, ici et ailleurs…

               Eléments de réflexion à partir du livre de Danielle PALMYRE, Culture créole et foi chrétienne.

            1. Malentendu sur les pratiques ?

            2. Un risque : le Christ « absent » de la dévotion populaire.

            3. Réévangéliser l’expérience religieuse, dans le respect des cultures.


    CHAPITRE 3 : Sacrements de l'initiation chrétienne : de quoi parle-t-on ?

    Modalités de l'articulation entre sacrements et initiation.

    A lire : Rituel de l'Initiation Chrétienne des Adultes (p.11-27) (document annexe)

    I. L'initiation chrétienne

       1. Dignité du baptême.   2. Fonctions et ministères   3. Ce qui est requis pour la célébration du baptême.

    II. L'initiation chrétienne des adultes

       1. Structure de l'initiation chrétienne des adultes.    2. Ministères et fonctions.

       3. Temps et lieux de l'initiation.                 4. Adaptations.

         A. Sacrements et initiation chrétienne : quelle articulation ?

               L'extension de la notion d'initiation en question.

            1. Trois possibilités et leurs présupposés :

                    a.  Initiation AUX sacrements ?

                    b.  Initiation EN VUE des sacrements ?

                    c.  Initiation PAR les sacrements ?

            2. Le catéchuménat, englobé dans la notion d'initiation : représentations et conséquences.

            3. Point de vue patristique : des distinctions précieuses, tenant compte du parcours des personnes.

                    a. Christiani et Fideles.

                    b. Elus, illuminands, compétents.

                    c. Catéchèses baptismales et catéchèses mystagogiques. Points d'insistance.

     

         B. Initiation par les sacrements.

               L'extension de la notion de sacrement en question.

            1. Etapes vers le baptême ou étapes du baptême :

                    a.  La sacramentalité de la signation et des scrutins en jeu.

                    b. Perspectives dogmatiques.

                    c.  Perspectives pastorales.

            2. Profession de foi et Confirmation : une confusion indicielle.

            3. Sacrement ex opere operato ou ex opere operantis : histoire d'une notion.

     

         C.  Baptême, Confirmation, Eucharistie, sacrements de l'initiation chrétienne.

               Une notion qui invite à ne pas opposer « être » et « devenir »

            1. Une notion englobante :

                    a.  qui recouvre deux sacrements à caractère et un sacrement à (re)vivre toute sa vie.         

                    b.  qui articule incorporation à l'Eglise et célébration de l'Eucharistie.

                    c. qui permet de ne plus opposer baptême et confirmation.

            2. Une notion qui met le Christ au centre de l'initiation : "virtus divina non alligatur sacramentis"[1]

                    a.  Baptême de désir et désir du baptême.

                    b.  Baptême du sang. Baptême d'esprit ou "de pénitence"

            3. Une notion qui conçoit l'« être » chrétien comme un « devenir » chrétien.

                    a.  Marqués du sceau et exposés. 

                    b.  Enracinés et envoyés.

     

         D.  Initiation chrétienne et sequela Christi.

            1. Combat spirituel.

                    a.  Le psaume 1, au jour le jour.

                    b.  Témoignages de catéchumènes et de néophytes.

            2. Etapes de la vie spirituelle : voies purgative, illuminative et unitive

                    a.  Un exemple : Grégoire de Nysse, La Vie de Moïse et la mystique du baptême.



    CHAPITRE 4 : Les sacrements de l'initiation chrétienne.

    Chaque sacrement pose à sa façon la question d'une initiation.

     

    PARTIE 1 :  Le Baptême, première étape de l'initiation chrétienne : Sens d'une histoire. (CEC 1213-1274)

     

     

    Introduction : baptisés à l’âge adulte aujourd’hui. (Les Sacrements, Vidéo Voir & Dire)

         Introduction et épilogue par le frère Olivier de QUENARDEL, père abbé de Cîteaux.

         Témoignages de Florence, Evelyne et Joël.

     

    A. La théologie augustinienne du baptême et son héritage.

            1. L'extension de la foi chrétienne et ses conséquences sur l'Initiation Chrétienne.

                    a.  Le baptême des adultes, paradigme du baptême des petits enfants.

            2. Le salut et la grâce : postérité de la lutte de Saint Augustin contre le pélagianisme.

                    a.  Le baptême des petits enfants.

                    b.  Le sacrement de réconciliation.

            3. Le péché originel.

                    a.  Théologie positive du péché originel.

                    b.  Etude de signification.

                    c.  Prudence pastorale dans l'usage de la notion.

     

    B. Regards sur le baptême en France hier et aujourd'hui.

            1. Un cri d'alarme il y a 60 ans, quand les "païens" sont encore des baptisés… 

            2. Le baptême devient progressivement un choix réfléchi et non un conformisme social.

            3. Le sens du baptême comme plongée dans la mort du Christ

                se heurte à l'exaltation de l'épanouissement individuel unidimensionnel.

            4. La préparation au baptême des petits enfants, lieu d'initiation pour les parents.

            5. Quelle initiation à travers le baptême ?

           

    C. Expériences « au creux de la vague » et désir de salut.

            1. Se laver.

                    a.  Souillure et culpabilité.

                    b.  Actif et passif.

                    c.  Corps et âme.

            2. Plonger.

                    a. « Descente aux enfers » et expérience d'abandon.

                    b. « Descente aux enfers » et expérience de présence.

                    c. L'eau : de la mort à la vie. Origine du vocabulaire baptismal.

     

    D. Un retour nécessaire aux fondements scripturaires.   

            1. Mouvements baptistes et spécificité du baptême de Jean.

            2. Jésus, baptiste ?

            3. Quand Jésus parle de son « baptême ».         

            4. Les Actes des Apôtres : diversité de pratiques.

            5. Théologies baptismales néotestamentaires.

                    a.  Baptême pour la purification des péchés

                    b.  Baptême « au nom de Jésus »

                    c.  Baptême dans la mort du Christ. Un texte fondamental.

                    d.  Baptême par et dans l'Esprit Saint.                                                          

     

    E. Images et pratiques du baptême au début de l'ère patristique.

            1. Lectures typologiques du baptême :

                    a.  La foi chrétienne se dilate vers l'Ancien Testament.        

                    b.  Le Christ, pivot de l'histoire.

            2. Diversité et unité des traditions baptismales du christianisme primitif.          

     

    F.  Eléments de l'enseignement actuel de l'Eglise.

            1. Matière, forme, ministre et effet du sacrement.

            2. Baptême quam primum, baptême en urgence.

            3. Baptême sous condition.        

    Annexes :    - Les funérailles, célébration baptismale

     

     

    PARTIE 2 :  La Confirmation, deuxième étape de l'initiation chrétienne : Difficultés d'une histoire. (CEC 1285-1314)

    Introduction : confirmés à l’âge adulte aujourd’hui. (Les Sacrements, Vidéo Voir & Dire)

         Introduction et épilogue par le frère Olivier de QUENARDEL, père abbé de Cîteaux.

         Explications de Mgr D’ORNELLAS.                                             

         Témoignages de Marie-Charlotte, Anne-Sophie, Christian…

         A. Situation de la confirmation aujourd’hui, entre initiation et recommencements :[2]

            1. Typologie des différentes pratiques pastorales

                    a. Le modèle de référence (B – C – E)

                    b. La séquence rituelle appliquée aux petits enfants (B / E / C)

                    c. Emergence d’une nouvelle option pastorale ( B – E / C )

            2. Définitions du sacrement de confirmation

                    a. Sacrement d'initiation

                    b. Sacrement de ratification, de décision, d'engagement

                    c. Sacrement de maturation

            3. Questions en suspens

                    a. L'être chrétien, toujours en devenir

                    b. La pastorale des jeunes

                    c. La proposition de la foi

     

         B. Une situation pastorale difficile à tenir théologiquement.

            1. Une instrumentalisation pastorale du sacrement,

                au détriment de son contenu théologique objectif.

            2. Hésitations épiscopales.

            3. Malaise dans la gestion concrète de l'I.C. des adultes. Propositions.

            4. L'inversion de l'ordre B, C, E en B, E, C souvent remise en cause.

            5. Pratiques actuelles de la confirmation : difficultés et richesses.

     

         C. Eléments de l'enseignement actuel de l'Eglise

            1. Matière, forme, ministre et effet du sacrement.

            2. Dons et fruits du sacrement : quelle articulation ?

            3. Ministre ordinaire et ministre originaire (Trente Dz 1630 ; LG)

     

         D. Quelle place pour la confirmation, pour quelle initiation ?

             Une réflexion diocésaine à Nantes en 2010 : apport théologique initial.

            1. Le sens de l’initiation chrétienne.

                « On ne naît pas chrétien, on le devient »[3] : quête d’identité et initiation chrétienne.

    a. Identité reçue ou identité construite ?

    b. « Chrétien » : l’expérience d’un salut et d’un appel, souvent incompris par les copains.

    c. Devenir chrétien, être chrétien et vivre en chrétien :

       une initiation qui laisse le Christ christianiser toutes les dimensions de notre vie.

            2. La place des sacrements dans cette initiation.

                Baptême, Confirmation et Eucharistie :

                les sacrements de l’initiation chrétienne prennent soin de notre humanité.

    a. Au sens strict, on est initié par les sacrements.

    b. Mais l’on est aussi « préparé à » ou « accompagné dans » la vie chrétienne.

    c. Baptême, Confirmation et Eucharistie : sacrements de l’initiation chrétienne.

               

            3. La confirmation des jeunes aujourd’hui.

                Histoire, relecture et conséquences pratiques de sa séparation d’avec le baptême…

    a. Histoire de la séparation entre « baptême » et « confirmation ».

    b. Relecture de cette histoire : leçons pour aujourd’hui.

    c. Confirmer, affirmer, c’est rendre ferme mais de quelle « fermeté »  parle-t-on ?

       

    PARTIE 3: L'Eucharistie :

    Une troisième étape qui clôt l'initiation et fait de l'Eglise un lieu permanent d'initiation. (CEC 1322-1405)

    Introduction : Eucharistie et lavement des pieds. (Les Sacrements, Vidéo Voir & Dire)

         Introduction et épilogue par le frère Olivier de QUENARDEL, père abbé de Cîteaux.

         Explications du P. Michel AUPETIT, Curé de la Paroisse Notre-Dame de l’Arche d’Alliance (Paris XV°)

         Témoignage de Nicolas BUTTET (Fondateur de la communauté Eucharistein)

         Témoignages de Sarah et de membres de la communauté Eucharistein.

    Préambule :  

            1. Des approches successives, sans systématisation : raisons d'un choix.

            2. "En faisant mémoire de ton Fils…" :

                 Premiers éléments tirés d'une première lecture de la prière eucharistique n°3.

                    a. La prière eucharistique, déploiement discursif de l'action de grâce de l'Eglise.

                    b. Faire mémoire du Fils, c'est offrir au Père ce que le Fils a offert pour nous :

                         son Corps livré et son Sang versé ; c'est se laisser entraîner dans l'offrande du Fils.

                    c.  L'offrande du Fils à la Cène est ressaisie dans la plénitude de son déploiement pascal :

                         un mouvement intérieur d'auto-donation au Père tout entier porté par l'Esprit.

                    d. L'Église demande à Dieu de reconnaître dans son sacrifice celui de son Fils.

                    e. Déploiement existentiel du sacrifice : par l'invocation de l'Esprit saint et l'intercession,

                         puis la manducation du Corps et du Sang du Christ,

                         dans l'offrande du Fils, l'Eglise se reçoit elle-même comme Corps du Christ offert au Père.

     

         A. Réflexions anthropologiques et théologales.

            1. Manger et boire.

                    a.  Manger : détruire et assimiler des aliments.

                    b.  De la captation à l'oblation : le baiser… et la Trinité.

                    c. L'Eucharistie, comme conversion de l'oralité.

                    d.  A propos du prétendu cannibalisme des chrétiens.

        

            2. Mutations actuelles de la socialité des fêtes et des rassemblements profanes.

                    a.  La danse : en groupe, à deux, en solitaire, devant une enceinte…

                    b.  Les anniversaires à l'école et en famille.

                    c.  Le repas familial et la restauration en self-service.

                    d.  Halloween. Bénédictions et malédictions.

     

         B. Mise en perspective de quelques désignations usuelles de l'Eucharistie.

            1. « Repas du Seigneur » (1 Co 11,17-34) :

                    a.  Un repas présidé et servi par le Seigneur.

                    b.  Discerner le corps (1 Co 11,29) :

                         adopter un comportement ecclésial en harmonie avec l'unité qui est signifiée.

                    c.  La communauté, engendrée par sa participation au même pain.

                    d.  La Cène : un repas d'adieu en continuité et rupture avec la Pâque juive,

                         mémorial de l'intervention salvifique de Yahvé, fondatrice de l'histoire d'Israël.

            2. « Fraction du Pain »

            3. « Sacrifice » :

                    a.  Spécificité du régime sacrificiel judaïque.

                    b. Spécificité de la mort du Christ comprise comme sacrifice.

                    c.  Spécificité de l'Eucharistie comprise comme sacrifice cultuel.

                    d.  Spécificité de l'Eucharistie, qui articule les dimensions cultuelle, existentielle et éthique

                         en représentant le sacrifice existentiel pleinement accompli du Sauveur.

            C. Présences du Christ dans l'Eucharistie : quelques enjeux.

            1. Diversité de lieux et de moments. Présences et présence éminente.

            2. Présence dans la discursivité liturgique et présence dans le pain et le vin consacrés.

            3. Présence réelle : naissance et destin d'une notion.

                    a.  Manducation spirituelle et présence réelle : une disjonction dangereuse.

                    b.  « Présence dans » en tant que « présence pour ».

                    c. « Présence réelle » et « transsubstantiation » : une visée ontologique.

                    d.  « Transsubstantiation » et non « consubstantiation ».

                    e.  « Transsubstantiation » et non « transsignification » ou « transfinalisation ».

            4. Manducation spirituelle et présence réelle : un équilibre à conserver.

                    a.  Remarques à propos de l'adoration eucharistique.

                    b.  Remarques à propos des Assemblées Dominicales en Absence de Prêtre.

            5. Les différents mode de présence du Christ dans l'eucharistie

                 selon les nuances confessionnelles.

                    a.  Entre manducation spirituelle et présence réelle : statut de la rémanence.

                    b.  Un tableau pour y voir clair…

     

     

            D. L'Eglise, sujet, site et matrice de l'initiation chrétienne.

                    Articulations classiques illustrant la dynamique eucharistique.

            1. Corps pré-pascal de Jésus, Corps du Christ ressuscité et Corps ecclésial.

                    a.  Christologie et pneumatologie, régulatrices de la sacramentaire et de l'ecclésiologie.

                    b.  Continuités et discontinuités à préserver.

            2. Sacramentum tantum, Res et sacramentum, Res tantum.

            3. Institution de l'Eucharistie et lavement des pieds : un parallélisme qui atteste cette dynamique.

                    a.  Suite du Christ ? Imitation du Christ ? Exemplarité du Christ ?

                    b.  Etude du kathôs johannique.

                    c.  Le mandatum du lavement des pieds : exemplum ou sacramentum ? 

            4. Source et sommet de la vie de l'Eglise.

                    a.  Le témoignage du Concile Vatican 2.

                    b.  marturia, diakonia, koinônia, dans la dynamique eucharistique.

     

    Conclusion.                                                                                                                                                                                                                                                                         

    Annexes.                                                                                                                                                                                                                                                                             

    Retour Bibliographies et Cours

     


     


    [1] Thomas d'AQUIN, Somme Théologique, IIIa, Q.72, a.6, sol.1.

    [2]Analyse de Michèle CLAVIER (Faculté de théologie, Université catholique de Lille) in Mélanges de Science Religieuse, tome 60, n° 4, octobre-décembre 2003, pp. 59-72.

    [3] Tertullien, Apologeticum, XVIII, 4.