• Saint Luc

     Autres figures de sainteté 

    Réunion des Laïcs en Mission Ecclésiale, La Cotellerie, 18 octobre 2007.

    2 Tm 4, 9-17 ; Ps 144(145) ; Lc 10,1-9

    Homélie pour la fête de Saint Luc

    Dans cet Evangile selon saint Luc, il y a 3 choses surprenantes, qui peuvent, je crois, vous rejoindre chacun dans la mission que vous avez reçue…

    La première chose qui me surprend, c’est que Jésus n’envoie pas ses disciples n’importe où : Il les envoie là où lui-même doit aller… Quand nous sommes envoyés en mission, c’est avec la foi que Jésus lui-même viendra là où nous allons… C’est avec la foi que Jésus en personne viendra à la rencontre de ceux vers qui nous allons… Nous précédons Jésus, à sa demande, mais d’une certain façon, c’est comme ambassadeur… Oh bien sur, il y a des choses à organiser, des énergies à coordonner, mais il ne faudrait pas oublier l’essentiel : Jésus lui-même, qui annonce sa visite… Ambassadeur de la paix, représentants de sa miséricorde et son accueil pour chacun, en son nom, nous sommes invités à nous faire présence humble et fidèle de celui qui viendra. Et c’est là que la prière est indispensable… si nous voulons apporter plus que nous-mêmes, si nous voulons construire l’Eglise du Christ, non pas à la mesure nos qualités ou de nos charismes, mais à la mesure immense du coeur de Jésus.

    Et voici la deuxième chose qui me surprend, Jésus dit : “Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez! Je vous envoie”. Ce sont apparemment les mêmes qui prient pour qu’il y ait des ouvriers pour la moisson et les mêmes qui sont envoyés… Il y a là un petit secret pour nos communautés : quand nous prions pour les vocations, nous prions aussi les uns pour les autres, pour que le Seigneur puisse faire entendre son appel parmi nous et pour que nous ayons la force et le courage de le suivre, Lui, le bon Pasteur…

    La question des vocations est une question posée à nos familles et à nos communautés, à la générosité de nos familles, à la générosité de nos communautés. Chaque fois que nous prions, nous prenons le risque que Jésus, un jour, nous dise, quel que soit notre état de vie  : “Allez ! je vous envoie.” Et c’est bien, je crois, ce qui vous est arrivé et qui continue de vous arriver chaque matin. Chaque matin, quand vous priez, le Seigneur vous dit : “j’ai besoin de vous, pour la moisson… Allez, je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.”

    Et c’est la troisième choses qui me surprend. c’est que nous sommes envoyés comme des agneaux au milieu des loups. Alors que juste après Jésus parle de la paix… Dans le contexte actuel de déchristianisation, nous pourrions être tentés de considérer le monde et les autres comme des loups agressifs prêts à nous dévorer… C’est le réflexe défensif et dépressif, c’est l’espérance qui meurt, et l’amertume qui monte. 

    Or, me semble-t-il, quand Jésus nous envoie, son but n’est pas d’abord de fournir aux loups une nourriture toute fraîche, mais bien de nous envoyer parmi loups pour qu’il se passe quelque chose de beau… Et c’est dans le livre d’Isaïe, au chapitre 11, un texte bien connu, que je trouve la réponse : “Un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un rejeton jaillira de ses racines. Sur lui reposera l’esprit du Seigneur : esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur qui lui inspirera la crainte du Seigneur. Il ne jugera pas d’après les apparences, il ne tranchera pas d’après ce qu’il entend dire. Il jugera les petits avec justice, il tranchera avec droiture en faveur des pauvres du pays. “Le loup habitera avec l’agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira.” Le loup peut parfois habiter avec l’agneau quand celui qui vient arrive rempli de l’esprit du Seigneur et qu’il se conforme, si je puis dire, à la charte du Livre d’Isaïe. Le loup peut alors devenir un ami de la paix, et nous pouvons rester près de lui.

    Il est heureux qu’aujourd’hui nous soit rappelé un texte souvent pris dans les célébrations de confirmation. Baptisés, confirmés, fidèles à l’Eucharistie et à la cohérence eucharistique de vos vies, le Seigneur nous envoie mission. Qu’il soit béni celui qui met sa confiance en nous et nous envoie devant lui, là où lui-même doit aller.