• Saint Matthias

     Autres figures de sainteté 

    Homélie pour la fête de Saint Matthias, 14 mai

    Nous fêtons aujourd'hui un Apôtre, dont nous savons peu de choses. Matthias est l’abréviation de Mattathias qui signifie don de Dieu. Un Apôtre est donné par Dieu à l'Eglise de son Fils, le Christ. Dans cet épisode des Actes, les frères sont au nombre de 120, 10 fois le nombre de Apôtres… Malgré la défection de Judas, l'unité de l'Eglise reste intacte ainsi que sa vocation à rassembler tous hommes. Nous sommes toujours sous le signe des douze tribus de Jacob, qui englobe tous les sauvés.

    Choisir un Apôtre, c'est se mettre à l'écoute de ce que l'Esprit dit à l'Eglise. Un discernement humain est d'abord demandé : Comme Barsabbas, Matthias est aussi un juste. Les disciples reconnaissent en lui un chrétien qui s'est véritablement laissé transformer par la justice de Dieu. Matthias fait partie des témoins oculaires, qui ont accompagné les disciple durant tout le temps où Jésus a vécu, depuis son baptême par Jean jusqu'à son Ascension. Il peut dire : celui qui est ressuscité et vivant, c'est celui-là que j'ai suivi et qui est mort sur la Croix. Matthias peut devenir un témoin privilégié de la Résurrection de Jésus. La Tradition rapporte même que Matthias, de trois ans plus jeune que Jésus, serait né à Bethléem d'une illustre et noble famille de la tribu de Juda. A travers ces sources apocryphes, c'est le statut de témoin oculaire qui est renforcé.

    Mais le statut d'Apôtre n'est pas conféré par cooptation. Un discernement divin est demandé, qui s'obtient dans une prière humble et confiante : "Montre-nous lequel des deux tu as choisi pour prendre place dans le ministère des Apôtres." Quelle humilité et quelle confiance ! Après cette décision, Matthias ne sera plus nommé dans les Actes des Apôtres. A travers la figure de Matthias, ce qui compte pour l’Eglise d’alors et pour nous aujourd’hui, c’est la symphonie entre discernement humain et discernement divin. Les distinguer c’est faire ce que fait l’Eglise, depuis toujours… Les opposer, c’est faire ce que n’a jamais fait l’Eglise, depuis toujours… Après cette élection de Matthias, l’Esprit Saint va progressivement faire entrer l’Eglise dans la deuxième génération des témoins de Jésus.

    Il suscitera d’abord un treizième Apôtre, aussi Apôtre que les super-Apôtres, l’avorton de Dieu, comme il se nomme lui-même : Saint Paul, qui n’est pas témoin oculaire et qui ouvre la longue série des témoins de Jésus, qui sont heureux parce qu’ils ont cru sans avoir vu… Puis viendra l’ère de la transmission de la charge par l’imposition des mains et c’est de ce mystère que l’Eglise de Jésus-Christ aujourd’hui vit encore.

    D'ici quelques semaines, notre communauté vivra des ordinations. C'est seulement dans cet esprit de gratuité, de prière, de don et d'appel qu'elles prennent sens. Les appels des nos évêques, successeurs des Apôtres, articulent encore et toujours, en les distinguant mais sans les opposer, discernement humain et discernement divin… C’est le mystère de Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme… C’est le mystère de l’Eglise, vraiment de Dieu, vraiment des hommes… C’est le mystère de l’appel, vraiment de Dieu, vraiment des hommes. Tout monophysisme, sur ce point, entraînerait les pires dérives ecclésiales. Si l’appel de l’Eglise sanctionnait simplement des dispositions humaines, acquises au fil des ans, il y aurait facilement place pour l'orgueil et l'oubli des bases de la vie chrétienne… Car l’Eglise n’est pas à la mesure de nos charismes humains, aussi grands soient-il. Elle est à la mesure de Dieu lui-même, de cette charité qui seule nous fait ressembler à Jésus. Et donner notre vie, comme Jésus. Si l’appel de l’Eglise faisait fi des dispositions humaines, qui s’acquièrent ou se révèlent au fil des ans, elle oublierait que la grâce ne supprime pas la nature mais vient la perfectionner et lui révéler le mystère du don qu’elle porte en elle.

    Chaque fois que nous reconnaissons le Christ lui-même à l'oeuvre dans les ministres de l'Eglise, chaque fois que les ministres de l'Eglise sont humblement transparents à cette manifestation chaque fois que nous prions les uns pour les autres pour un discernement humain et un discernement divin, c'est le mystère de l'Eglise qui s'accomplit en nous et parmi nous. Amen.