• Toussaint

     Temps et fêtes liturgiques 

    La Toussaint

    La fête de la Toussaint est suivie le lendemain de la Mémoire de nos défunts… C’est un moment important pour chacun de nous… Que la famille soit grande ou non, que nous soyons jeunes ou moins jeunes, nous pensons à ceux qui nous ont quittés : nos parents, notre mari ou notre femme, un enfant, un proche, un ami.

    Autant de visages familiers qui ont été pour nous signes de joie et de paix, de chaleur et d’amour… La douleur de la séparation reste parfois vive, bien des années après… Et nous pensons à nous aussi, à notre vie, à notre mort… Et nous nous rappelons que nous avons été adoptés comme enfants de Dieu à notre Baptême.

    « Dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté… », écrit Saint Jean. Si nous allons dans les cimetières nous recueillir sur la tombe de nos proches, c’est parce qu’il y a une grande espérance qui nous habite…

    Au jour de notre baptême, le Seigneur nous a dit : « Tu es mon enfant bien aimé, en toi j’ai mis tout mon amour. » Au soir de notre vie, cette parole prend tout son sens : si nous sommes baptisés, ce n’est pas pour cette vie seulement mais c’est pour la vie éternelle. Nous savons que tous les liens d’affection et d’amitié que nous tissons tout au long de notre vie ne s’arrêtent pas avec la mort…

    Nous croyons à la Vie éternelle, à l’Amour de Dieu notre Père pour chacun de nous, à l’Espérance que nous donne la mort et la résurrection de Jésus. Nous savons que notre vie a un sens et un but et que Jésus lui-même est le chemin, la Vérité et la Vie.

    S’il y a deux fêtes, la Toussaint et, le lendemain, la Mémoire de nos défunts, c’est aussi pour nous inviter à lever les yeux vers le Ciel… et, comme lit le livre de l’Apocalypse, « à contempler dans la foi la blancheur éclatante de ceux qui lavé leurs robes et qui les ont blanchies par le sang de l’Agneau » Car nous aussi, nous sommes appelés à devenir saints. C’est la vocation de tout homme et de tout chrétien : devenir saint.

    Vous savez que le Pape François nous a écrit une magnifique lettre intitulée Soyez dans la joie et l’allégresse. Sous-titre : sur l’appel à la sainteté dans le monde actuel. « Nous sommes tous appelés, dit-il, à être des saints en vivant avec amour et en offrant un témoignage personnel dans nos occupations quotidiennes, là où chacun se trouve. » (n°14)

    Et le Saint Père continue : « J’aime voir la sainteté dans le patient peuple de Dieu : chez ces parents qui éduquent avec tant d’amour leurs enfants, chez ces hommes et ces femmes qui travaillent pour apporter le pain à la maison, chez les malades, chez les religieuses âgées qui continuent de sourire. C’est cela, souvent, la sainteté ‘‘de la porte d’à côté’’, de ceux qui vivent proches de nous et sont un reflet de la présence de Dieu. » (n°7)

    La Toussaint, c’est la fête de tous les saints, connus et inconnus… Dans un monde où ne semblent exister que les vedettes qui percent au cinéma, sur internet ou à la télévision, la fête de la Toussaint nous rappelle que nous avons chacun du prix aux yeux de Dieu…

    Chacun de nous est unique et dans le cœur de chacun de nous, Notre Seigneur voit une promesse de sainteté.

    Nous savons que le chemin de sanctification de ceux qui nous ont quittés peut être long, et dans le « temps de l’éternité », le purgatoire est cette période de purification où nous nous préparons à rencontrer notre Dieu.

    Et plus nous nous rapprochons de notre Dieu de Lumière, plus nous nous préparons nous aussi à nous laisser consumer par la flamme de son amour. Et saint Jean nous dit : « Nous serons semblables à Dieu car nous le verrons tel qu’il est. »

    Si nous sommes chrétiens, si nous sommes baptisés, c’est pour accueillir humblement la sainteté de Dieu, c’est pour changer de vie, c’est pour aimer ce que Dieu aime, dès maintenant et pour l’éternité.